Tourbillon de couleurs avec Dasic Fernandez

[divider]Street art dégoulinant de couleurs…[/divider]

 

Dasic, ça rime avec poétique, magique, cosmique aussi. Ce graffeur originaire du Chili a donné de la couleur et de l’expression aux murs urbains du monde entier (…).

 

DF

 

Une longue expérience récompensée: galeries à New York ou à Miami, le succès ne s’est pas fait attendre pour un style unique difficile à résister. Des murs qui prennent vie, voilà un challenge relevé.

 

DF

 

Surréalisme, couleurs primaires à l’honneur, élans troublants, illusion, volume… Ces œuvres gigantesques en 3 dimensions donnent le tournis. Un tourbillon de couleursmais pas que. Son thème de prédilection: le mouvement. Les personnages mis en scène donnent l’impression de se décomposer, comme sur le point de disparaître sous nos yeux, attirés par des forces cosmiques, invisibles et irrésistibles. On aurait presque envie de les suivre.

[huge_it_slider id= »9 « ]

 

[button color= »pink » size= »big » alignment= »center » rel= »follow » openin= »samewindow » url= »https://www.opnminded.com/2016/12/02/dasic-fernandez-street-art-couleurs.html »]Lire la suite[/button]

Street art et militantisme humaniste

[divider]Quand le street art nous dit merde[/divider]

 

Le street art militant et revendicateur s’installe sur les murs des villes du monde entier. La crise européenne en 2011, la coupe du monde au Brésil en 2014 ou la lutte contre la déforestation en Amazonie, autant d’inspirations pour des artistes qui représentent leur dégoût d’un monde devenu fou. Retour sur 3 illustres graffeurs connus pour leur grogne artistique.

 

 

Banksy, personnage mythique de la scène du graffiti, est l’un des premiers à se faire connaitre pour ses fresques militantes. Originaire de Bristol en Angleterre, l’artiste vagabond commence le graff’ dans les années 80. Ton ironiquesarcastiquedésenchanté ou optimiste pour dénoncer la guerre, le pouvoir de l’argent et la surveillance technologique ou encourager le pacifisme et la solidarité. Autant de messages philanthropiques marqués au pochoir, à main levée ou à l’aérosol.

[huge_it_slider id= »10 « ]

[button color= »yellow » size= »big » alignment= »center » rel= »follow » openin= »samewindow » url= »https://www.opnminded.com/2016/11/22/street-art-graffiti-humaniste-militant-banksy-cranio-blu.html »]Lire la suite[/button]

El Niño de las pinturas: street art andalou à Grenade

[divider]Bienvenue à Grenade: un musée street art à ciel ouvert[/divider]

 

Grenade, l’andalouse, célèbre pour ses courbes orientales splendidement illustrées par son majestueux palais de l’Alhambra, révèle un tout autre esthétisme bien plus « street » qui conserve le même esprit lumineux et coloré.

El nino de las pinturas

 

Alors que les visiteurs s’entassent dans les files d’attente interminables des sites touristiques, un quartier calme et tranquille offre un panorama de graffitis à la bombe et de fresques murales qui ornent les casas des locaux, habitués à la signature de son maître: El Niño de las Pinturas.

Bienvenue à Realejo, le barrio devenu l’immense terrain de jeu du plus célèbre graffeur andalou.

 

 

 

[huge_it_slider id= »11 « ]

[button color= »red » size= »big » alignment= »center » rel= »follow » openin= »samewindow » url= »https://www.opnminded.com/2016/11/18/street-art-andalou-el-nino-graffities.html »]Lire la suite[/button]