UE: Un compromis sur le travail détaché

Lundi soir, les ministres du Travail européens se sont accordés sur la durée de détachement, une mesure permettant aux Européens de travailler dans un pays étranger en cotisant dans leur pays d’origine. Le projet qui s’était heurté à de vives réactions en Pologne avait été propulsé par Emmanuel Marcon pendant sa campagne présidentielle. Le chef d’Etat s’est félicité de ce qu’il considère comme une avancée pour les Européens.

 

[divider]Compromis européen sur le travail détaché[/divider]

A l’issue d’une journée de négociations express, les 28 pays de l’UE ont finalement voté: la Pologne, la Hongrie, la Lettonie et la Lituanie se sont opposés au projet alors que le Royaume Uni, l’Irlande et la Croatie se sont abstenus. Les autres membres ont approuvé ce « compromis » qui vise à harmoniser les salaires « sur le même lieu de travail ». Les Européens pourront donc travailler dans un pays étranger 12 mois maximum, en continuant de cotiser dans leur pays d’origine avec un possible renouvellement de 6 mois à la demande de l’entreprise.

Le vote final n’est pas une fracture Est/Ouest. Il n’y a pas de gagnants ou de perdants aujourd’hui, c’est juste l’Europe qui gagne, ministre du Travail, Murielle Pénicaud.

La ministre du Travail, Murielle Pénicaud, a assuré qu’il ne s’agit pas là d’une division « Est/Ouest«  car toute l’Europe y trouverait son compte. Pourtant, la Pologne a particulièrement exprimé son rejet «dans l’intérêt des travailleurs polonais», selon la première ministre polonaise Beata Szydlo.

 

Beatz Szydlo, la première ministre polonaise

Laisser un commentaire