LA BALANCE
S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

 

Selon une étude de l’Agence nationale de Sécurité du médicament (ANSM) publiée vendredi, 97% des femmes enceintes prennent au moins un médicament pendant leur grossesse malgré les risques. Les françaises consommeraient jusqu’à cinq fois plus que dans les pays du nord. Dominique Martin invité sur le plateaux d’Europe 1 a dénoncé une « surprescription chez les femmes enceintes » alors que la prise de médicaments devrait rester selon lui une dernière option.

En France, on a une surprescription de médicaments chez les femmes enceintes (…) La règle c’est qu’il n’y a pas de médicament anodin. Donc si on peut, autant s’en passer. Dominique Martin, le directeur général de l’ANSM

 

 

 

Des médicaments trop consommés ou encore mal connus

Cette surprescription inquiète à plus d’un titre. D’abord, on connait encore mal les conséquences de tous les médicaments sur le développement du foetus. Rappelons que la médecine s’est plusieurs fois trompée quant à la toxicité de certains médicaments: « Parfois on ne découvre que longtemps après les effets d’un médicament » confirme Dominique Martin.

Enfin, même des médicaments courants comme le Doliprane ont éveillé récemment des doutes quant aux conséquences sur la santé du bébé. Si les scientifiques ont démontré que la prise de Doliprane ou de Paracétamol n’entraînait aucun risque de malformations, de récentes études évoquent un éventuel impact sur le développement cérébral de l’enfant et une possible augmentation du risque d’asthme.

Enter the text or HTML code here

%d blogueurs aiment cette page :