LA BALANCE
S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

A l’ombre du Taj Mahal…

Clichés et stéréotypes, des généralités incontournables lorsque l’on s’imagine un pays lointain. L’Inde n’échappe pas à ces imaginaires collectifs, fruits d’échos et d’illusions qui déforment souvent la réalité bien plus amère de ce pays qui suscite tant de passions. On s’attend à voir des éléphants couronnés de tapis fuchsia, des foules de mains ornées d’henné, des binji sur le front, des étals de safran, de gingembre et de coriandre, des temples d’or et des festivals de couleurs, comme si l’Inde mythique des « mille et un dieux » ou des « mille et un rêves » devait à tout prix assouvir nos chimères et nos fantasmes les plus envoutants.

 

Inde

Mais il suffit de regarder à l’ombre du Taj Mahal pour anéantir la légende: pauvreté extrême, insalubrité, discrimination ou viols impunis… L’Inde, c’est aussi un système de caste moyenâgeux qui perdure dans la modernité de la mondialisation, où l’on passe de la beauté à la laideur, de la diversité à la division, du dégout à la fascination.

 

Le karma de la famine

Troisième économie d’Asie, l’Inde ne fait pas profiter de sa splendide croissance à tous. 840 millions d’indiens vivant avec moins de 2 dollars par jour, 400 millions d’analphabètes600 millions privés de soins300 millions sous le seuil de pauvreté200 millions sans eau potable… On pourrait étendre encore cette triste liste de records d’injustices. A commencer par les conditions de vie des intouchables, appelés aussi Dalits ou Parias, ceux qui portent le Karma de la famine…

 

Inde

 

Lire la suite

Enter the text or HTML code here

%d blogueurs aiment cette page :