LA BALANCE
S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Débat & analyse

 

Le bilan des crimes homophobes des derniers mois est dramatique. La tuerie d’Orlando ou les meurtres à Istanbul cet été laissent penser à un retour à la haine des minorités transsexuelles, bisexuelles et homosexuelles dans les pays arabo-musulmans en crise mais aussi dans les pays occidentaux.

 


 

Deux invités, Mohamed Ludovic Zahed – anthropologue et imam divorcé d’un homme – et l’historien américain Robert Beach – spécialiste de l’Europe et de l’Allemagne – nous expliquent ce phénomène par la résurgence du fascisme et de l’extrémisme religieux en faisant un parallélisme entre Daesh et le IIIème Reich.

L’Etat Islamique et le IIIème Reich relèvent du fascisme mais reposent sur des socles de justification très différents. Alors que l’EI se veut universaliste et condamne l’homosexualité pour de soit-disantes raisons religieuses, les nazis, obsédés par la pureté de la race aryenne, condamnaient l’homosexualité pour des raisons raciales et démographiques. L’acte homosexuel était considéré comme un péché patriotique: un manquement à son devoir démographique envers la race aryenne.

Mais la persécution des minorités sexuelles par les djihadistes repose t-elle vraiment sur des écrits religieux? Selon Zahed, non. Il rappelle que le Coran ne parle pas d’homosexualité mais de rapports contraints entre jeunes hommes et patriarches. Les différents régimes panarabistes et l’EI ont détourné sémantiquement les versets du Coran pour condamner l’homosexualité et légitimer la persécution des minorités sexuelles afin de créer une société homogène à l’identité uniforme, plus à même d’être manipulée et contrôlée par un pouvoir centralisé. « C’est du fascisme, du patriarcat, ça n’a rien à voir avec l’éthique de l’islam » souligne l’anthropologue. Cette pression faussement religieuse serait donc à l’origine d’une haine collective voire même d’une « haine de soi » qui pousse certains individus comme Omar Mateen à massacrer ses semblables.

Les deux spécialistes rappellent la perception de l’homosexualité à travers les âges depuis l’Antiquité. Alors que les empires égyptien, romain et grec autorisaient les rapports homosexuels, les écrits bibliques les condamneront pour leur caractère non-reproductif. C’est au XIXème siècle que les lois interdisant la sodomie seront bannies avec la Révolution Française et que les individus commenceront à se définir en fonction des rapports qu’ils préfèrent pratiquer. Ce sera la naissance de ladite identité sexuelle créant ainsi une minorité vulnérable, cible des régimes fascistes. Selon Beachy, après les années de relative tolérance sous la république de Weimar, le régime nazi entrainera la persécution systématique des minorités sexuelles condamnées aux camps de concentration. La moitié y périra entre 1935 et 1945. Il faudra attendre les années 1990 et 2000 pour que le mariage ou le pacte civil entre personnes du même sexe soit légalisé dans la plupart des pays de l’Europe de l’ouest.

Les spécialistes restent donc optimistes et croient en de nouvelles sociétés pluralistes où l’identité sexuelle ne serait plus une question prioritaire dans le paysage social si l’analyse des textes religieux tout comme le bien-être social et économique de chacun sont respectés.

 

Compte rendu de l’emission Square Idée diffusée sur Arte le 06/10/2016

Enter the text or HTML code here

%d blogueurs aiment cette page :